carte index

mercredi 16 mai 2012

London Gay Calling


Londres est une ville géniale pour les gays. J’y suis allé plusieurs dizaines de fois. J’ai essayé Londres de toutes les façons possibles et imaginables. J’y suis allé seul, avec des copines, avec des amis gays, en couple, avec mes parents, dans des hôtels confort, dans des auberges craignos, chez des amis, chez moi (j’avais une chambre pendant un mois à Putney Bridge), chez l’habitant …

Cet article est plus long que d’habitude, vous avez un sommaire pour naviguer rapidement vers les rubriques qui vous intéressent.




J’ai choisi de vous parler de Londres étant donné la préparation des jeux olympiques de 2012 qui s’y tiendront en juillet. Il s’agit donc d’une occasion unique de découvrir ou redécouvrir cette ville. Surtout que les jeux olympiques apportent une ambiance incroyable et améliorent considérablement les prestations touristiques de la ville en terme d’accueil touristique, de transport … Sans parler de tous les beaux athlètes qui vont parader en ville et de tous les supporters venus des quatre coins du monde.

Londres possède des centaines d’adresses gays mais aussi d’activités et de manifestations internationales. A Londres, il pleut fréquemment mais il fait aussi très beau parfois. Il est rare qu’il y ait de la neige ou des températures extrêmement chaudes … j’ai réussi à attraper une angine rouge en plein mois d’août là-bas … En même temps je l’ai cherché, je sortais de boîte assez découvert, il bruinait et les températures avaient chuté. La morale : toujours avoir une « petite laine » et de quoi se protéger de la pluie.

Londres est très grande. Cependant la rupture entre banlieue et centre-ville est moins nette qu’à Paris par exemple. Dans l’hyper centre de Londres il y a très peu d’habitants (Westminster et la city). La ville est divisée en « cités » qui sont comme des grands arrondissements (City Of London, Westminster, Kensington, Croydon …). Elles regroupent un peu plus de 7 millions d’habitants. Avec les villes proches on peut estimer à plus de 12 millions la population de la région londonienne qui polarise tout le sud-est de l’Angleterre.


Aller à Londres depuis Paris et l'ensemble du monde n’a jamais été aussi facile. Grâce à Eurostar on rejoint Londres en 2 heures 15 du centre de Paris. On peut aussi partir de Bruxelles ou Lille et en saison depuis Lyon ou le sud de la France. Pour les petits budgets  on optera pour les autocars et le bateau (Eurolines ou Megabus) mais le temps de trajet s’approche des 10 heures. En effet, un aller-retour en Eurostar est au mieux aux alentours de 84 Euros. Il faut dire que c’est très pratique, confortable et rapide. On peut aussi opter pour l’avion. Souvent, l’avion est moins cher que l’Eurostar donc comparez bien mais n’oubliez pas de rajouter le prix des navettes pour l’aéroport. A Londres, les transports en commun sont très chers et tout particulièrement les navettes aéroportuaires. L’avion est très pratique depuis la région. J’ai pris Easyjet depuis Bâle/Mulhouse et British Airways depuis Marseille. Dans le premier cas j’ai atterri à Luton avec un service de low-cost sans rien à signaler. Dans le second cas j’ai atterri à Gatwick, les horaires étaient pratiques mais le service pas à la hauteur de ce que j’attendais sur une compagnie « traditionnelle ».  Dans les deux cas, les aéroports sont  loin du centre et ne valent pas une arrivée à Saint-Pancras. Les deux autres plateformes aéroportuaires que sont Heathrow et Standsted ne sont pas spécialement proches non plus.  Compter 30£ en train rapide pour un aller/retour aux aéroports et 18 £ en bus (plus lents) (20 à 35 Euros).

Comme je l’ai déjà souligné, les transports terrestres à Londres sont chers. Heureusement la ville est faite de telle manière que l’essentiel des grosses attractions sont situées au centre. Avec un parcours à pied astucieux vous n’utiliserez que peu les transports. Le choix de votre hôtel va grandement conditionner votre budget transport. Le quartier « gay » principal est localisé à l’ouest de Londres juste derrière Piccadilly Circus : Soho. La plupart des sorties gays ainsi que les principales attractions touristiques, les théâtres, les parcs et autres évènements (gay pride, expositions, musées, galeries d’arts, magasin …) sont également localisés dans l’ouest. Conclusion choisissez un hébergement dans ces quartiers de la ville (qui sont les plus chics aussi). De plus cela vous permettra de prendre le métro ou le bus uniquement pour visiter l’est de la ville (la city, Greenwich et Canary Wharf). Les distances sont importantes et ce n’est pas très agréable d’avoir beaucoup de transport quand on rentre tard.  Pour vous donner un ordre d’idée des prix, le ticket de métro pour la zone centrale coute 4.3 £ (5€ ! A Paris le métro coute 1.8€).

Les tarifs des transports publics à Londres sont un vrai casse-tête. Mes conseils :

-          Le bus est moins cher que le métro : presque deux fois moins cher. Favorisez-le surtout en heures creuses. Il y a beaucoup de voies de bus et tout autant de lignes. Il est un peu complexe de s’y retrouver au début mais on prend vite l’habitude. En plus, vous aurez une jolie vue de Londres depuis le deuxième étage des fameux double decker.

-          Si vous restez plus de 3 jours ou si vous pensez utiliser souvent les transports en commun (car vous logez à l’est ou dans la « banlieue ») il faut prendre la Oyster Card. Payante, elle propose des tarifs deux fois moins cher environ. Vous l’amortissez dès le deuxième voyage. Il s’agit d’une carte magnétique que l’on recharge comme un abonnement mobicarte. Le tarif est automatiquement calculé et il ne peut dépasser un certain plafond par jour et mode de transport.

-          Le métro est pratique si vous êtes pressés ou logés loin. Les distances entre stations sont assez importantes et le réseau est aussi complexe (plusieurs lignes passent sur les mêmes quais …). Il faut aussi un petit temps d’adaptation. Lisez bien les panneaux et indications (quand il y en a) surtout concernant les travaux qui ont lieu le week end et en soirée. Le tarif du métro varie avec les zones traversées. Il est aussi moins cher avec l’Oyster Card.

Par exemple : avec le bus et la Oyster Card vous payez 1,35£ votre ticket et ne pouvez payer plus de 4,2£ par jour quelle que soit la zone. Le tarif normal est de 2,3£ le ticket. Donc si vous prenez le bus 5 fois : vous payez avec la Oyster Card 4,2£ et 11,5£ sans. Il existe des cartes à la semaine pour le bus ou le métro et tout un tas d’autres tarifs. Je vous ai marqué l’essentiel ici pour plus de détails soit vous me contactez soit vous visitez www.tfl.gov.uk !  Je n’ai jamais utilisé le taxi à Londres car les bus de nuit sont très pratiques et à mon avis le prix est prohibitif. Pour ma part, je n’en ai pas ressenti le besoin (contrairement à Paris où je l’utilise fréquemment).

Désolé pour cette partie un peu rébarbative sur les transports de Londres mais il faut au moins ça pour éviter de perde de l’argent et du temps inutilement !


Londres est une ville mondiale, la plus mondiale de toutes sûrement. Il y a une énergie folle, des gens de tous les horizons, une exubérance permanente, une tolérance comme nulle part ailleurs. La diversité des styles architecturaux rivalise avec les nombreux styles de vie urbains qui se côtoient. Les gays sont particulièrement bien acceptés dans cette métropole, capitale d’un pays dont les droits en la matière sont avancés.  Si le mariage n’existe pas, il y a un contrat d’union civile qui accorde les mêmes droits et devoirs que le mariage. Ce contrat est bien plus avancé que notre PACS. Les couples homosexuels ont également accès à l’adoption. Londres est une ville mondiale ou chacun peut vivre sa vie dans l’indifférence générale.
Comme je l’ai déjà recommandé, optez pour un hébergement à l’ouest de la ville. On trouvera une auberge gay pas chère vers la gare de Victoria, très sommaire et très bruyante. Elle a l’avantage d’être située au centre-ville et d’être très peu chère. Je vous la recommande pour un voyage entre amis ou en célibataire et si vraiment votre budget est limité. Comptez 20 £ pour un lit en dortoir pour une nuit.

(Victoria Gay Hostel / Victoria Street / Victoria, London / +44 207 6300 766 / http://www.gayhostel.co.uk)

Il y a une pléthore d’auberges de jeunesse pas chères. Mais aucune suffisamment bien pour que j’en parle ici. Celle citée ci-dessus est la seule officiellement gay que je connaisse et que j’ai testée et franchement elle est juste bien pour les avantages précités.

Il y a aussi beaucoup d’hôtels bien sous tous rapports mais aucun qui sort du lot et dont je voudrais vous parler ici. Sur les sites de réservation d’hôtels je pense que vous trouverez de bonnes affaires. Il y a peu de chambres d’hôtes gay au centre-ville mais cela existe. Vous pouvez utiliser les services d’Ebab pour en trouver une. J’ai souvent eu recours à ce site mais jamais à Londres. Si vous avez eu une expérience avec, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Il y a d’autres bed and breakfast que vous trouverez facilement sur internet mais ils sont assez chers en général pour une prestation standard.

Habituellement, quand je vais à Londres, je prends un hébergement sur le pouce en auberge ou un petit hôtel sympa si je suis avec mon copain. Dans tous les cas vous serez bien accueillis à Londres dans l’ensemble du parc hôtelier. Une dernière astuce à Londres c’est le couch surfing. Gratuit, vous entrez en relation avec des habitants qui peuvent vous laisser leur canapé pour une nuit ou plus. Il permet de rencontrer rapidement des gens et de connaître les bons plans locaux. Pour trouver un hôte gay il suffit de taper dans les filtres de recherche « gay » …



Il y a tellement de bars, de restaurants, de pubs, de boîtes et d’autres activités pour les gays à Londres que je n’aurais pas la prétention de vous en faire la liste exhaustive ici. Tout d’abord on peut dire qu’il y a deux grands quartiers gays à Londres : pour faire simple je dirais un trash (Vauxhall) et un classique (Soho). A Vauxhall on trouvera des clubs électro, une clientèle plus attirée par le cruising et généralement plus mures. A Soho, on retrouvera un quartier plus classique, plus out avec des clubs et bars fréquentés par une clientèle plus jeune et plus branchée. Cependant je pense cependant qu’il y a des allers-retours entre ces deux quartiers en fonction des envies de chacun et des moments de la journée.

Je partage avec vous ici mes adresses quand je vais à Londres, je n’ai pas expérimenté tous les bars et clubs de la ville. Quand je voyage, j’aime bien découvrir le milieu gay des autres villes mais je ne fais pas que ça !
J’ai donc l’habitude quand je vais à Londres de sortir dans Soho. A Londres, contrairement à ce qui existe moins dans les autres villes en Europe, y compris Paris, il y a quelque chose à faire tous les soirs.

Mon meilleur pote A. a bossé au Ku Bar, du coup j’y suis allé très souvent en début de soirée notamment. Il y a plusieurs Ku Bar à Londres, un dans le quartier chinois (Lisle Street) celui où je vais le plus souvent et il  y en a aussi un plus petit au cœur du quartier gay au 25 Frith Street. Ce dernier est sympa pour se poser boire un verre. Le premier lui est bien pour un début de soirée. Le Ku Bar de Lisle Street offre en plus d’un espace bar conventionnel une salle en sous-sol pour danser et prolonger la soirée jusqu’à 3 heures du matin. Attendez-vous à de la musique pop et une clientèle jeune. Les serveurs sont torses nus, bien foutus et souvent brésiliens. Plusieurs fois par semaine il y a des soirées à thème. Mon conseil : arrivez tôt (18-19 heures) pour boire un verre au rez-de-chaussée (le bar traditionnel) puis vers 22 heures accédez à la partie « club » du sous-sol via la porte intérieure. L’entrée est gratuite au club pour les personnes qui ont consommé au bar. Si vous arrivez tard vous allez devoir payer l’entrée : comptez 3£.

(Ku Bar / 30 Lisle Street / London / +44 207 2877 986 / www.ku-bar.co.uk)

On peut largement faire sa soirée dans ce bar mais je vous conseille de visiter un autre que j’aime bien, le G-A-Y (bar). Le plus fameux des bars gays de la capitale britannique. Il y a beaucoup de monde dans ce bar avec une clientèle plus jeune que le Ku Bar. Les hits UK du moment sont diffusés en boucle sur des dizaines d’écrans répartis sur les deux étages. L’ambiance est au premier étage, ne vous attardez donc pas en bas. Le bar est ouvert de midi à minuit et est situé en plein Soho. Une très bonne adresse pour commencer la soirée (18-19 heures). Tout comme au Ku Bar et ailleurs dans Londres, l’alcool n’est pas cher, en plus avec les happy hours dans les différents établissements, il ne vous coûtera pas très cher de vous mettre d’humeur pour le reste de la soirée.

(G-A-Y bar / 30 Old Compton Street / London / www.g-a-y.co.uk/)

En quittant le G-A-Y bar on vous donnera surement des flyers pour aller au G-A-Y late. Encore une référence, autant que le bar du même nom. C’est sympa, la clientèle est toute aussi jeune qu’à la version bar. Ouvert jusqu’à 3 heures du matin, il reprend les concepts du G-A-Y bar (pop et écran télé) avec plus d’espace pour danser.

(G-A-Y late / 5 Goslett Yard / www.g-a-y.co.uk)

Quand je suis à Londres et que je veux sortir en boîte j’ai pour habitude d’aller au Heaven. Le Heaven est une boîte située sous la gare de Charing Cross en plein cœur de Londres. Un bar jouxte une très grande salle où est jouée de la musique électro et de très bon remixes de musique pop. Pour faire une « pause » une autre salle est située au-dessus de la première et passe des morceaux de RNB. Un bar se trouve également à ce niveau. Les deux salles ne sont pas ouvertes systématiquement (surtout en semaine). Il y a souvent des passes disponibles au G-A-Y bar. Sinon l’entrée n’est pas très cher (~ gratuite à 8 £ selon le jour). Je vous conseille d’arriver vers minuit/une heure du matin (dépend si c’est la semaine où le week end). La clientèle jeune du G-A-Y habituelle se mixe avec des gays venus des quatre coins de la ville. La boîte ferme à 6 heures.

(G-A-Y Club – Heaven / Under the Arches, Villiers Street / London /

Il y a tout un tas d’autres lieux gays géniaux à Londres, je vous invite donc à laisser vos bonnes adresses en commentaire. Je pense que je réécrirai un post complémentaire prochainement avec de nouvelles adresses. Mais vous avez ici de quoi passer un bon moment à Londres et y trouver du fun et de « beaux » garçons.



Il y a des centaines de musées et de monuments à voir. Si vous vous organisez bien vous pouvez faire un grand tour à pied dans la ville : en suivant la Tamise vous êtes sûr de ne rien rater. A chaque fois que je vais à Londres, j’apprécie faire un pique-nique à Hyde Park, faire du shopping dans Soho et flâner chez Harrods. A Londres je n’ai jamais trop pris la peine de découvrir de nouveaux restaurants. Pour avoir vécu longtemps au Royaume Uni, la nourriture n’est pas ce qui m’attire le plus. Par contre, il y a une chaine de restaurants que j’adore : le Nando's. A chaque fois que je vais au Royaume Uni, j’y vais. Il s’agit de restaurants qui proposent du poulet grillé à la manière de la communauté portugaise du Mozambique résidant en Afrique du sud. Pour faire simple, il s’agit d’un poulet découpé en deux, mariné dans un bain d’épices africaines puis grillé. C’est vraiment délicieux et il existe différents niveaux d’assaisonnement de peu épicé jusqu’à extra. Les boissons sont à volonté et les accompagnements vont des frites au pain aillé en passant par les légumes et les épis de maïs grillés. Il y a des restaurants de cette chaine dans plusieurs pays, mais en Europe il y en a uniquement au Royaume Uni. Pour une dizaine de livres vous avez un demi-poulet du « garlic bread » (pain aillé) et une boisson à volonté (bottomless soft drink). Il y en a un situé dans Soho : 10 Frith Street, +44 207 494 0932.

Les menus typiques du Nando's



… Londres est une ville que j’adore. L’ambiance, le style, la population cosmopolite sont les principaux atouts de cette ville mais aussi sa proximité avec la France. Dépaysement garanti en moins de deux heures de train. Une ville idéale pour un séjour fête avec des amis en budget serré (moins de 300 Euros pour 3 jours) mais aussi une destination romantique en amoureux avec un budget plaisir combinant jolis hôtels et bon restaurants (car il paraît qu’il y en a quelques-uns). Londres s’adapte à toutes les envies et les budgets.
Je me suis toujours beaucoup amusé là-bas et j’y ai de nombreux souvenirs inoubliables. Néanmoins les garçons britanniques ne seront peut-être pas toujours à la hauteur de vos espérances. Il faut dire que Londres n’est pas un repère de beaux gosses. Généralement les britanniques sont tout l’un ou tout l’autre. Néanmoins j’ai toujours trouvé mon bonheur donc il n’y a pas de raisons …

Vous pouvez trouver un condensé de cette destination sur ma page expedia sous forme de top 5 avec les 5 lieux gays à ne pas rater à Londres !
 
Bien à vous,

Le Gay Bourlingueur